05:15
URGENT >>>

Jean Boniface Asselé clame « ouvertement » l’échec d’Ali Bongo après 10 ans de pouvoir


Amalgame

Ali Bongo et Dodo Bounguendza consacrent la vitalité du parti unique au Gabon !


Analyse
  • La poignée de main entre les deux militants du PDG hier, au palais présidentiel de la république © 2019 D.R./Info241
Publié le 13 juin 2019 à 08h00min

Après le Premier ministre gabonais, Julien Nkoghe Bekale, qui s’était déjà offert plusieurs rencontres partisanes avec les élus de la majorité présidentielle, voilà qu’Ali Bongo confirme la poursuite du régime du parti unique au Gabon. C’est du moins le sens à donner à cette audience accordée hier au secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968). Une « séance de travail » qui s’est tenue au palais présidentiel « pour le bien-être » des Gabonais, a revendiqué un communiqué présidentiel.

Une rencontre partisane

Alors qu’Ali Bongo ne sort plus du palais présidentiel depuis son AVC, il a reçu hier pour la seconde fois, le secrétaire général du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir depuis 1968) dont il est aussi le président. Une rencontre clairement partisane à la lecture du contenu de cette audience qui a finalement réuni le président d’un parti et son secrétaire général. En effet, l’entretien entre les deux hommes a porté sur la réorganisation du parti présidentiel et les reformes internes à apporter à ce parti créé par le père d’Ali Bongo.

L’audience entre les deux hommes

Le président du PDG a reçu ce mercredi un hôte de marque : le secrétaire général de ce parti, Eric Dodo Bounguendza. Ne pouvant gérer son parti hors du palais présidentiel, donc de tous les Gabonais, Ali Bongo le fait désormais avec les moyens de l’Etat. Un mélange de genres qui ne semble émouvoir le protocole d’Etat ni les principaux intéressés tant les vieux démons du parti unique et du parti-Etat n’ont toujours pas été chassés de leur conscience républicaine.

Le parti-Etat

Selon le communiqué officiel de la Présidence gabonaise, Ali Bongo et son secrétaire général « ont fait un point de situation sur la méthodologie de travail au sein du PDG qui s’applique au principe de l’évaluation, instruite par le Président de la République ». En clair, c’est le président de la République donc l’Etat gabonais qui a imposé une « méthode de travail » à ce parti qui totalise plus de 50 ans au pouvoir dont la moitié sous le régime du parti unique.

Pour ne rien arranger à cette violation assumée des usages républicains et de la nécessaire séparation entre la direction de ce parti avec l’Etat gabonais, Ali Bongo a notamment « exhorté le Secrétaire Général du PDG à œuvrer à l’accélération des reformes liées à la modernisation du parti », a encore justifié le communiqué de la Présidence gabonaise. Ce, tenez-vous bien « pour le bien-être de nos compatriotes », une urgence nationale donc !

Les nominations intervenues à l’issue de cette audience « présidentielle »

Selon nos informations, cette audience a surtout été l’occasion pour Ali Bongo et son secrétaire général de réaménager les instances décisionnelles du parti-Etat pour y faire une large place à l’AJEV, l’association politique de son directeur de cabinet. Ces nominations ont notamment consacré plusieurs cadres de la Présidence gabonaise aux commandes du parti d’Ali Bongo. Une preuve s’il en fallait encore de l’impossibilité pour ces acteurs de l’Etat de dissocier leurs activités partisanes de la vie de l’Etat. Une mission impossible !


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile