10:10

Effectifs pléthoriques

N’ayant pu construire d’universités, le Gabon veut se doter de 5 nouveaux amphithéâtres


Société
  • La poignée de main entre le consortium européen et le ministre de l’Enseignement supérieur, mardi à Libreville © 2019 D.R./Info241
Publié le 5 septembre 2019 à 15h48min

A défaut de réaliser les 3 universités promises en 2007 aux Gabonais, le ministre de l’Enseignement supérieur Jean de dieu Moukagni-Iwangou veut sauver les meubles. Le 3 septembre, il a conclu avec le consortium franco-suisse Altus Group, Aw Investment Group et la société de construction britannique Braun And Company Limited un accord préalable pour la construction de 5 amphithéâtres pour tenter de lutter contre le sureffectif des 3 principales universités publiques du pays.

Le gouvernement gabonais veut parer au plus pressé. Après les promesses présidentielles des présidents Bongo (père et fils) sur la construction de nouveaux établissements supérieurs qui n’ont guère connus d’avancées, le ministère de l’Enseignement supérieur dirigé par l’opposant modéré Jean de dieu Moukagni-Iwangou veut contourner cette difficulté par la construction de 5 amphithéâtres.

Un amphithéâtre bondé de l’Université Omar Bongo

Ces nouveaux amphithéâtres confiés à des entreprises européennes, constituent une étape préalable avant l’établissement d’un contrat définitif entre l’Etat et ces entreprises. Ainsi selon le protocole d’accord conclu mardi, l’Université Omar Bongo de Libreville qui concentre la majorité des étudiants du pays, devrait se voir doter de 3 nouveaux amphithéâtres. L’Université des science de la santé d’Owendo et l’Université des sciences et techniques de Masuku se contenteront chacun d’un amphithéâtre.

Si les délais d’exécution et de financement de ces édifices n’ont pour l’heure pas été dévoilés, l’on s’étonne tout de même que cet accord censé résorber l’épineux problème des effectifs pléthoriques des 3 universités publiques ne soit signé qu’à quelques semaines de la rentrée académique. Ces 5 futurs amphithéâtres devant avoir une capacité d’accueil comprise entre 1000 et 2000 places pour s’adapter à la population estudiantine qui s’agrandit chaque année.

La maquette de l’université de Mouila jamais construite

Rappelons qu’Omar Bongo avait posé en 2007, deux ans avant sa mort, les premières pierres de 3 universités qui devaient voir le jour dans les villes de Mouila, Oyem et Port-Gentil. Un projet abandonné par son fils qu’il lui a succédé au pouvoir depuis 2009. Ali Bongo avait à son tour promis de transformer la résidence huppée de son père située près de l’aéroport de Libreville en université après la campagne de la présidentielle d’août 2016. Des promesses et des éléphants blancs jetés visiblement aux oubliettes.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile